THEME 2005 : Gravure

… L’Homme a maîtrisé le feu, et à la suite la cuisson de l’argile et sa transformation en pierre. Il n’avait sans doute pas imaginé que chacune des traces, des empreintes, pouvait écrire son histoire, de la simple marque de main du potier sur le tour à la gravure votive d’une urne funéraire.
Les dinosaures ont laissé leurs empreintes dans les boues argileuses. Les hommes du paléolithique ont gravé les parois rocheuses.
L’ART
C’est bien cette charge émotive délibérée, témoin d’un message, d’un jeu, d’une prière, qui constitue l’essence de l’art.
C’est aussi l’élaboration complexe de l’œuvre, qu’elle soit éphémère, comme le vin, ou irréversible comme le grès, qui souligne son caractère social. Les vignerons et les potiers ne se trouvent-ils pas souvent sur les mêmes sites ?
LA TRACE
Histoires individuelles ou collectives, les décors par ajouts, gravures, empreintes, sont bien une expression artistique à part entière. Cuire l’argile, acte technique s’il en est, n’enlève rien à l’intention poétique, au contraire c’est aussi un geste créateur. Pots, statues, bas-reliefs sont sans conteste une écriture, un langage.
Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait… la trace.